Votre panier est vide  Votre compte

Historique de Votre organisation

Création de l'Association en 1997

circulaire annuelle de 1997

 

Association « Réinsertion et Espéranto »
à but non lucratif selon la loi de 1901
Siège social :
Résidence Vigne de la Vierge
147, Avenue Paul BRINGUIER
34080 MONTPELLIER.
Tel. 04 67 75 62 98
CCP: 6212 27 T
Composition du bureau :
Président : Thierry SALADIN, Médecin
Trésorier : Patrice BRANDY, Médecin
Secrétaire : Josie ESTOPINA, sans profession.

Objet Social :

L'association « Réinsertion et Espéranto » a pour but : la réinsertion par l'apprentissage de la langue internationale, des chômeurs, des bénéficiaires du RMI et des jeunes en difficulté.
Origine du projet :
L'espéranto en 1997 ne se porte pas si bien que cela en France et notamment en Languedoc-Roussillon. Face au rouleau compresseur anglo-américain, rien ne résiste, et les jeunes ne semblent attirés que par la culture américaine, d'autant plus qu'ils ignorent l'existence même de cette idée généreuse et fraternelle que supporte l'Espéranto.
En ce monde que l'on dit rétréci par la mondialisation, ne s'offrent à la jeunesse que deux options :
— L'exclusion pour les uns,
— Le travail dans la peine pour les autres.
Un monde où ceux qui gagnent ne réussissent que parce que d'autres perdent.
L'espéranto pourrait constituer une 3ème voie, celle de la connaissance et de la découverte de l'autre, par l'accès aux autres cultures, par la fraternité, la générosité, l'égalité que dégage l'idée interne de l'Espéranto.


PROJET :

Dés le début de 1998, une dizaine de jeunes pourront bénéficier d'un enseignement gratuit de l'Espéranto. L'idée consiste à tenter leur réinsertion en leur fournissant un bagage intellectuel par un enseignement de 10 à 12 heures par semaine.
Au début, le choix des élèves se fera bien sûr selon le volontariat mais également d'après un cursus scolaire minimum égal à BAC + quelque chose.
L'association pense que très vite certains parmi eux, outre les progrès accomplis en peu de temps, s'impliqueront de plus en plus dans l'Espéranto.
De plus, chaque année un voyage touristique d'une dizaine de jours sera organisé vers les pays de l'Europe de l'Est. Ceci pour leur permettre de vérifier in-situ l'efficacité et l'utilité de l'Espéranto.
Pour 1998, et pour des raisons de démarrage, il ne sera pas possible d'organiser ce voyage mais au contraire d'impliquer les élèves dans l'accueil des congressistes sous une forme qu'il conviendra de déterminer avec le LO-KO-KO le moment venu.
Nous pensons qu'il sera même possible d'obtenir de certains en deux voire trois années
l'acquisition du niveau 3 (la Kapableco c'est à dire « capacité » en Espéranto)
L'association envisage très sérieusement de proposer une embauche à ces jeunes diplômés sous forme de CDD puis en CDI afin qu'ils deviennent à leur tour soit ;
des enseignants de l'Espéranto
des voyagistes
des animateurs d'une structure de type KOTOPO conçu par nos amis Lyonnais.
L'idée consiste en leur implication d'une manière active au sein de l'association afin d'entrevoir d'autres possibilités de diffuser l'Espéranto.
Pour cela, il faut de l'argent !
Le projet a été déposé devant les collectivités locales du Languedoc-Roussillon et de Montpellier.
Néanmoins l'appel aux donateurs privés est indispensable.
Merci de nous aider si comme nous, vous souhaitez aider notre jeunesse à s'en sortir et l'Espéranto à se répandre. Sachez que les initiateurs du projet mettront les moyens financiers pour le réaliser.
Aidez les !
Une attestation vous sera adressée pour tout don égal ou supérieur à 200 F (= le montant de la cotisation de membre bienfaiteur)
Nous vous rappelons que la déduction fiscale atteint 50 % du montant de vos dons à une association à but non lucratif de caractère philanthropique, social ou culturel dans la limite de 1,75 % de votre revenu imposable pour 1997. Alors, avant le 31 décembre, à vos calculettes... et merci d'avance.
Bien entendu, chaque membre bienfaiteur recevra une invitation à l'Assemblée Générale annuelle de l'association et son compte-rendu.

À Montpellier, le 30 novembre 1997

Le Président et le Trésorier,

 

 


Ce projet est né d'une feuille blanche. Rien de semblable n'existait auparavant dans le mouvement espérantiste.

2001: la signature du premier contrat de travail en Emploi-jeunes

le 26 janvier 2001

Le jeudi 25 janvier 2001, entre 18h30 et 20h30 dans les locaux de l'association Passerelles, partenaire de Réinsertion et Espéranto à Montpellier, s'est tenue une cérémonie autour de la signature du premier contrat de travail en Emploi-jeunes, signé avec Mademoiselle Zohra Boubker.

Une cinquantaine de personnes étaient présentes, des espérantistes en majorité mais également une principale d'un collège de Narbonne et le proviseur adjoint du lycée de Pèzenas. Bien qu'ils fussent invités à assister à cet événement hautement symbolique, aucun journaliste ne vint ce soir-là. Pourtant un bel article paru le matin même dans Midi Libre, l'annonçait très favorablement et laissait présager que peut-être on parlerait de nouveau de la Langue Internationale: la vraie! Il y avait le rédacteur en chef de la revue Espéranto-Info qui malgré la distance par rapport à son domicile avait fait le déplacement pour être témoin de cette soirée. Certaines personnes n'avaient pas hésité non plus à faire plus de deux cents kilomètres pour être là. 
Le Président de l'Association prononça un discours, soulignant les difficultés rencontrées depuis plus de trois ans, et précisa au passage qu'il fallait une certaine dose de courage pour parler d'espéranto à cette époque et même de l' audace pour déposer les statuts d'une association prétendant vouloir réinsérer les laissés-pour-compte avec l'espéranto, onze mois avant la survenue du Congrès Mondial à Montpellier.
Il se félicita du début de reconnaissance politique que la Direction du Travail de l'Hérault en nous accordant deux emplois-jeunes, nous laissait présumer.

Le Président remercia M. Xavier Chatellier, Directeur de l'Association Passerelles pour l'aide précieuse apportée sans faille depuis trois ans. Il remercia le docteur Patrice Brandy, trésorier de l'Association pour son aide également très appréciée.

Il insista sur l'importance à ses yeux de professionnaliser le mouvement afin d'assurer, notamment par les jeunes, une diffusion et un enseignement de qualité de l'espéranto, dans les collèges et les lycées des départements du sud de la France. Il précisa bien que, de son point de vue, tout militantisme bénévole était respectable, mais que face à la conjoncture actuelle, orchestrée par des pouvoirs dont la logique n'était qu'économique, celui-ci n'intéressait pas beaucoup les jeunes et que compte tenu des réalités sociales il importait de les attirer vers l'espéranto et ses valeurs humaines, précisément en se positionnant sur le terrain économique et social.

Il rappela que l'audace de Réinsertion et Espéranto consistait à aller jusqu'à signer d'emblée un contrat à durée indéterminée, ce qui est bien dans l'esprit du programme des Emplois-jeunes, mais en aucune façon obligatoire. Il rappela que la Langue Internationale Espéranto qu'un jour les hommes reconnaîtront d'utilité publique, n'est pas encore reconnue en tant que telle. Sans doute parce qu'il faudra encore attendre un peu pour que Homo sapiens devienne vraiment sapiens-sapiens, voire Homo futurus… 
Il évoqua le fait que deux expériences similaires venaient de voir le jour dans les départements des Côtes d'Armor et du Val d'Oise, avec à chaque fois un poste emploi-jeune. Il formula le souhait que d'autres à leur tour emboîtent ce pas en France et pourquoi pas en Europe. La construction européenne étant une réalité bien actuelle, il importe que les espérantistes européens ne passent pas à côté de l'Histoire.
Ensuite, c'est sous les éclairs des flashes que les deux co-contractants apposèrent leur signature au bas des deux exemplaires du contrat de travail. Et puis, enfin le champagne eut la parole.

Nur kune ni sukcesos ! 

2003: Un mémoire sur la réinsertion des adolescents par l'espéranto en milieu pédopsychiatrique

 

Le 1O août 2003

Un mémoire sur la réinsertion des adolescents par l'espéranto en milieu pédopsychiatrique

" L'EUROPE A UNE MONNAIE UNIQUE, L'€URO
IL LUI FAUT UNE LANGUE COMMUNE, L'€SPÉRANTO "

Claudie Demongeot, une éducatrice en milieu psychiatrique à Nancy travaille sur un mémoire depuis plusieurs mois sur l'intérêt pédagogique de l'espéranto auprès des adolescents. Elle nous a tout naturellement contactés. Son travail avance bien et elle présentera son mémoire devant un jury le 24 septembre 2003. À la demande de l'intéressée, Thierry Saladin, directeur de Réinsertion et Espéranto, fera partie du jury.

Vous retrouverez le mémoire de Claudie Demongeot dans ce site-internet afin de lui assurer une diffusion plus large.

 

 

Le 5 octobre 2003

 

Thierry Saladin, directeur de l'association, vient d'effectuer une tournée en Lorraine et en Alsace. En effet, à la demande du groupe Espéranto-Nancy-54, il vient de faire le 30 septembre 2003 une conférence à Nancy devant 32 personnes sur le thème: L'Union Européenne et les langues: mythes et réalités.
En outre, à la demande du centre culturel d'espéranto de Strasbourg, la même conférence a été faite le 3 octobre 2003. (onze personnes y ont assisté).
Dans les deux cas, la réaction du public a été très positive. Pour plus de précisions sur le contenu de la conférence veuillez cliquer sur le lien conférences

Thierry Saladin a de plus organisé deux sessions d'examens (premier et deuxième degrés) et dirigé un stage de perfectionnement pour le groupe de Nancy. Il a fait une présentation de l'espéranto devant les élèves d'un centre pour jeunes handicapés physiques. Des jeunes souffrant de problèmes psychiques, et scolarisés dans un autre centre ont assisté également à cette présentation. L'établissement où cette conférence s'est tenue est un centre pour jeunes handicapés de type ÉREA. Il se trouve près de Nancy, à Flavigny (54).

 

Par ailleurs, Mademoiselle Claudie Demongeot, lors de la soutenance de son mémoire, a obtenu pour celui-ci la note de 16/20 avec les félicitations du jury. Ce mémoire est accessible sur notre site.

 

                                                   

 

 

Le 23 septembre 2003

 

L'association Réinsertion et Espéranto est très fière de vous annoncer qu'elle vient d'obtenir un témoignage de félicitation et de reconnaissance en la personne de Claudie Demongeot. Cette éducatrice spécialisée travaillant au centre psychothérapique de Nancy vient en effet, de réaliser un travail, cinq années durant( de 1998 à 2003), sur l'enseignement de l'espéranto auprès d'adolescents souffrant de problèmes psychiques. C'est dans la cadre du soutien scolaire, la mission officielle qu'elle assumait auprès de ces jeunes en difficulté psychique que l'espéranto a été utilisé.

 

Le lundi 29 septembre 2003 à 14 heures, elle présentera devant un jury le mémoire qu'elle a rédigé à cet effet. Ayant trouvé sur le site de notre association non seulement matière utile pour la rédaction de son mémoire mais ayant également bien compris les similitudes des deux projets, elle a demandé à Thierry Saladin, porteur du projet depuis ses origines de faire partie de son jury.

 

 

Par ailleurs, Thierry Saladin au cours de son déplacement dans l'est de la France fera deux conférences à Nancy et à Strasbourg pour le grand public. Pour plus de détails voir en pages conférences ou cliquer tout de suite sur le lien conférences

 

Un stage d'espéranto a été organisé par quelques espérantistes de Nancy. Il sera dirigé par Thierry Saladin et portera sur les règles de grammaire de l'espéranto et sur la conversation.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau